le stress dans la vie amoureuse

Découvrez si vous êtes anxieux à propos du sexe et comment l’éviter


Le sexe, en principe, nous détend et nous apporte du bien-être. Mais qu’en est-il si le sexe nous cause de l’anxiété ou si, lorsque nous sommes stressés, nous n’avons aucun désir ? C’est ce que nous appelons l’anxiété.

Dans de nombreux cas, il y a des personnes qui, lorsqu’elles sont stressées et accablées, ne veulent surtout pas avoir de relations sexuelles. Ils ont besoin de sentir que tout va bien, qu’ils sont physiquement, émotionnellement et psychologiquement stables pour pouvoir penser au sexe.

Bien sûr, face à un conflit et à un malaise , il est naturel que le désir sexuel disparaisse, mais la difficulté apparaît lorsque, en raison du stress du quotidien et des conflits de routine, cette flamme érotique disparaît.

Le problème principal est la société dans laquelle nous vivons, qui nous incite à la nervosité, à être toujours pressés, à être dépassés…, provoquant ce moment de calme, de sentiment que tout est à sa place, ne finit jamais par arriver.

On peut parler de deux types d’anxiété.

La première est l’anxiété généralisée face au sexe, qui est plus fréquente chez les femmes. Il s’agit de personnes qui évitent le sexe parce qu’elles n’y prennent pas plaisir et que le résultat de ces rencontres sexuelles n’est pas entièrement positif.

La seconde est le stress de la performance, fréquente chez les hommes. Soit car il se considère comme mauvais dans les relations sexuelles. Certains hommes sont contrariés par la taille de leur pénis.

Face à un conflit et à un malaise pertinents, le désir sexuel s’estompe

D’autre part, il existe un autre groupe d’anxiété sexuelle pour lequel, pour des raisons diverses et variées, l’intimité, l’excitation et/ou les rapports sexuels génèrent de la tension, de la nervosité et du stress. Ceci pousse à réagir en fuyant et en évitant le sexe, en considérant le sexe comme un monstre, ou du moins comme quelque chose de pénible, plutôt que comme quelque chose d’agréable et qui génère du bien-être.

Le simple fait d’avoir un problème avec une personne commence à générer beaucoup de pensées négatives et d’insécurité . Ces pensées font que le corps ressent des palpitations, des tensions, des blocages, de la transpiration, une perte de sensibilité et d’autres symptômes d’anxiété.

Parfois, si nous rencontrons ce type de personnes, nous penserons qu’ils sont étroits, apathiques, fermés, introvertis… Mais nous ne pourrons pas imaginer qu’ils souffrent en silence.

On peut croire que l’anxiété et le sexe ne peuvent pas aller de pair, mais si c’était le cas, l’espèce humaine serait éteinte.

Il y a toujours eu des problèmes et des conflits. Ce qui est important, c’est notre interprétation de l’anxiété. Si nous la considérons comme une alliée, peut-être alors pouvons-nous passer outre et nous laisser aller.

Le stress généralisée est un ennemi de la libido

Ce phénomène est plus fréquente chez les femmes qui n’apprécient pas les relations sexuelles et les évitent .

Le deuxième type, l’anxiété de la performance, est lié à l’idée de devoir tout faire parfaitement dans le sexe, et est une anxiété plus fréquente chez les hommes. Le stress cause des dysfonctionnements sexuels lorsqu’ils sont confrontés à l’idée de voir le sexe comme une tâche à accomplir. Les troubles de l’érection sont souvent le résultat de ce stress.

Certaines femmes ressentent également ce type d’anxiété car elles ont honte de montrer certaines parties de leur corps, de sentir mauvais, de ne pas savoir se détendre.

Anxiété de la performance sexuelle chez les hommes

Elle est liée à l’idée de devoir faire tout ce qui est parfait dans le sexe et est plus courante chez les hommes

Afin de briser ces schémas anxieux mentionnés ci-dessus, le plus important est de travailler sur le sexe conscient. Il s’agit d’abord de trouver des moments de connexion avec soi-même, des moments de tranquillité, de paix, de laisser couler ses sensations et de « couper » l’esprit.

Deuxièmement, nous devons apprendre que la sexualité n’apparaît pas au moment de la rencontre, mais qu’elle se développe tout au long de la journée. C’est pourquoi les petits gestes, les expériences partagées, l’érotisme, sont nécessaires pour éveiller le désir.

Et enfin, il faut travailler sur les pensées négatives concernant le sexe, voir ce que nous nous disons, les exigences, les peurs… Dans de nombreux cas, ce point est le plus complexe à résoudre et il est nécessaire d’aller voir un sexologue spécialisé pour pouvoir briser le cercle vicieux dans lequel nous nous sommes engagés.